Humeur du jour

Appelez-moi "maman" ;) 



Appelez-moi "madame" ;)



J'veux du soleil !

14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 10:49
Il y a quelque temps, c'était à peu près il y a un mois, je devais aller au théâtre. On m'avait offert la place à Noël. Il s'agissait de la pièce "Chat et souris" (pas les animaux... plutôt ce qui à trait à l'informatique et à l'internet) au théâtre de Longjumeau. Un très très grand théâtre, d'ailleurs. Durant l'entracte, je me suis retournée (j'étais au premier rang) et j'ai essayé de compter, à la louche, le nombre de places. Je crois qu'il y a pas loin de mille places. Et d'après un site internet, il y aurait très précisément 954 places. Le compte est bon...
Bref, ça n'était pas le sujet. La séance démarrait à 20h. J'étais du côté de Massy un peu avant. L'heure tourne. Je crois qu'il est temps d'y aller. Grand grand temps, même. Ouh là, super méga grand temps. A ce rythme, je vais être en retard. D'autant qu'il a fallu se garer un peu loin du théâtre, évidemment... Gniiiiiiiiiiii ! J'ai bien fait de courir : j'étais la dernière à entrer dans la salle et les portes se sont refermées juste derrière moi.

Et samedi dernier, dîner avec des collègues, du côté de porte de la chapelle. Le dernier train en partance de Montparnasse est à minuit 28. Le repas est terminé depuis un petit moment déjà quand je regarde ma montre. Il est 23h35. Il va falloir penser à partir. Il m'a fallu une grosse demi-heure pour aller de Montparnasse jusqu'à ici. Et là, j'ignore comment cela a été possible, nous avons trop discuté dans le couloir, sans doute. Le fait est que quand je suis arrivée à l'arrêt de métro, il était 23h58. Il fallait donc que je fasse 18 arrêts de métro, tout le long couloir à Montparnasse (traversé en quasi dix minutes à l'aller, en marchant normalement), que je monte les deux étages qui séparent le métro du quai des TER, tout ça en une demi-heure. C'est fichu, c'est sûr ! Sauf que c'est le dernier train. Misère de misère ! Finalement, la nuit, le métro est bien plus rapide. Je mise sur le fait que le dernier train part souvent un peu en retard... pour les retardataires... J'y crois dur comme fer. Les stations défilent... trop vite pour le mec qui a vomi pas loin... Bref... Arrivée à l'arrêt Montparnasse à minuit 26. Aaaaaaaaaaaaaaah ! Seulement deux minutes pour me taper un looooooooooooong couloir. C'est parti. Je prends mes jambes à mon coup et je détale comme c'est pas permis. Sur le tapis roulant, une dame demande : "pressée". Je réponds en courant : "un peu". Et je prends même le temps de signaler à une autre qu'elle a perdu son écharpe... tout ça en courant à perdre haleine. Arrivée à Montparnasse, aux tourniquets, à minuit 28. Et là, on entend une sirène de départ. Aaaaaaaaaaaaah ! Quelle est la probabilité qu'un train, différent de celui que je veux prendre, parte précisément à la même heure que le mien ? Honnêtement ? Surtout à cette heure tardive ! Je passe mon ticket dans le tourniquet et je donne tout ce que j'ai. Je saute dans le train, m'étale sur un siège et les portes se referment.

...

...

...

Plus de souffle...

...

Peux plus parler...

...

Gorge me brûle...

...
Boire... Eau...

Tout ça pour dire que quand les sites internet de transilien ou de la ratp vous disent qu'il faut dix minutes pour aller du TER à Montparnasse jusqu'au métro ligne 12, c'est du flan : c'est faisable en moins de deux minutes !
Repost 0
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 19:45
Vous connaissez mon talent indéniable pour... tuer les plantes ? Si si, j'en parlais encore récemment. Bon et bien, voilà, c'est officiel : j'ai tué mes cyclamens... après une souffrance d'un mois, grosso-modo. Je suis assez déçue, c'est pas super résistant ce genre de plantes. Franchement, ça meurt tout seul, presque sans effort. C'est pas marrant. Moi, j'aime bien quand les plantes essaient de résister un peu... pas des plantes qui baissent les bras... enfin les feuilles... aussi rapidement.

Bon, plus sérieusement, je vous raconte. J'ai donc eu des cyclamens aux alentours du 20 décembre. Il y avait plein de fleurs et plein de boutons et j'étais vraiment ravie ! Cette plante allait fleurir pendant des semaines, ça allait égayer mon appartement, non, vraiment, c'était super.

J'ai donc tout fait pour en prendre soin. J'ai demandé des conseils auprès de proches. J'ai fait des recherches sur le net pour savoir comment s'entretiennent les cyclamens. Mais rien n'y faisait : ma plante dépérissait à vue d'oeil. Elle jaunissait. Sauf que les feuilles peuvent jaunir pour deux raisons : trop d'eau... ou pas assez. Alors je fais comment pour deviner, moi ? J'en ajoute ? J'arrête de l'arroser ? J'ai un peu tout essayé... Elle avait de moins en moins bonne mine... Et je me suis dit que, peut-être, elle avait trop chaud dans mon appartement. Alors comme les grands froids étaient passés, j'ai décidé de la mettre dehors, sur mon balcon. Un peu d'air frais ne lui ferait pas de mal. J'ai donc mis dehors mon petit panier, dans lequel se trouvait un petit pot en plastique, et dedans, mes cyclamens.

Dernièrement, il y a eu un peu de vent... Non, je ne parle pas de la tempête qui a frappé le sud-ouest de la France. J'habite en Ile de France. Mais on a eu quelques belles rafales, la semaine dernière. Et je crois que c'est dimanche, j'étais à mon évier, dans la cuisine, et je regardais par la fenêtre. Que vois-je au dehors, sur mon balcon ? Le petit panier, couché sur le côté... et euh... vide... Oups... Je décide alors d'aller voir sur mon balcon. Je trouve... une motte de terre... avec des bouts de végétation qui en ressortent. Hummmm... Deux constats. Premier constat : il n'y a plus aucun espoir pour mes cyclamens... si tant est qu'on puisse appeler "cyclamen" ces bouts de feuilles qui dépassent d'une motte de terre. Deuxième constat : où est le petit pot en plastique qui contenait la plante ?

Bref... maintenant, quand je tue une plante, j'assomme aussi un passant avec un pot en plastique ^^ !
Repost 0
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 06:56
Lundi dernier, c'était "Blue Monday", la pire journée de l'année, d'après des experts. Mouais, c'est quoi encore cette histoire de "pire journée de l'année". D'où ils tiennent ça, eux ? Bon, bref, admettons. On verra bien comment va se dérouler la journée.

Lundi matin... Je prépare ma gamelle pour midi. D'habitude, je mets ça dans une petite glacière, avec une bouteille d'eau gelée en guise de glaçon... ou plus exactement en guise de pain de glace. Ce matin, en ouvrant la glacière, je vois que la bouteille y est déjà... pleine d'eau à température ambiante... J'ai oublié le semaine dernière de la remettre au congél. Bon, pas grave. On a un frigo au bureau, je mettrai tout ça au frais en arrivant.

Ce matin-là, je suis partie à 7h43, très précisément. J'ai une douzaine de kilomètres à parcourir pour me rendre de mon domicile jusqu'à mon bureau. Je ne suis arrivée ce jour-là qu'à 8h58. Ah ben c'est la fête ! 1h05 ! Génial ! Et tout ça à cause de quoi ? Ben de la pluie et de l'accident que cela a provoqué. Je vous jure, une horreur !

J'arrive au bureau. Je veux récupérer mon pc portable et mon sac avec mon repas de midi, qui sont dans mon coffre. Dans mon sac avec mon repas, je mets aussi un thermos plein d'eau, qui m'évite de faire des allers-retours dans la cuisine, pour aller boire, la cuisine se trouvant à l'autre bout du bâtiment. Cela me fait perdre beaucoup de temps ! J'amène donc un thermos, ce qui permet d'avoir une eau relativement fraîche. Et ce jour là, le thermos est complètement renversé dans le coffre... Il n'y aurait eu aucun souci si le thermos était parfaitement hermétique. Plein d'eau dans le coffre. Génial !

Je m'installe au bureau et décide de me verser de l'eau... dans mon mug... oublié chez moi. C'est bon, c'est bon, tout va bien... Blue Monday, disiez-vous... Je crois qu'on est en plein dedans, là.

Le soir, je prépare une petite soupe pour le dîner. J'ai récupéré pour cela le jus de haricots. Je le fais chauffer. Ca y est, c'est en ébullition. Je verse des petites pâtes en forme de lettres dedans. Et là, la différence de température entre le jus et les pâtes provoque un énoooooorme débordement. Je n'ai plus qu'un fond de jus dans la casserole. Non mais c'est pas vrai. Gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! Et j'avais nettoyé ma cuisinière en long, en large et en travers la veille ! J'ai de la soupe partout, maintenant !

Bon, ça, c'était lundi...

Mardi, en arrivant chez moi, j'ouvre mon courrier : oh, merveille... Mon premier tiers provisionnel des impôts. Dis donc, ça tombe bien, moi qui ne savais pas quoi faire de ma prime de décembre... Bon... Va falloir que je me déleste de quelques euros. Je n'avais pas du tout anticipé ça ! Blue Tuesday ? Mouais...

Mercredi... En ouvrant ma boîte aux lettres, je trouve un avis de passage pour un recommandé. Il est disponible dès le soir même à la poste, à partir de 17h. Il est 18h15 : j'y vais. Après 20 minutes d'attente, on m'apprend que le recommandé n'est pas là et qu'il faudra que je revienne le lendemain. Gniiiiiiiiiiiiiii ! Mais c'est pas possible !!! Je rentre chez moi... Et je constate que mon merveilleux réveil lumineux auquel je tiens temps m'affiche "13:54" et une petite loupiotte orange est allumée. Bizarre. Complètement anormal. J'essaie d'appuyer sur tous les boutons, aucun ne réagit. Après avoir tout débranché... j'ai rebranché... Rien ! Nada ! Nichts ! Nothing ! Aucune réaction ! Gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! Serait-ce un Blue Wednesday ? Je suis en train de me faire une Blue week, là ? La pire semaine de l'année...

Moi, je vous le dis : j'ai hâte d'être à demain pour découvrir ce qui m'attend !
Repost 0
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 12:54
Je pensais faire un article pour vous raconter la suite de ma balade au Parc Astérix... mais je ne l'ai pas fait. Voilà, c'est comme ça ! Mais ça n'est que partie remise, pas de panique.

Dans mon nouvel appartement (dans lequel je suis depuis maintenant plus de 8 mois, tout de même), j'ai une place de parking pour Madame 206. Youhou ! Pour accéder au parking en sous-sol, j'ai une carte qui me permet d'ouvrir la porte. Cette même carte me permet également d'accéder aux niveaux -1 et -2 par l'ascenseur, et d'en remonter. Or, depuis quelque temps, elle ne fonctionne plus dans l'ascenseur. Ca ne me dérange qu'à moitié car je peux prendre les escaliers, mais ça n'est pas vraiment pratique.

En général, le soir, quand je rentre, je vais du niveau -2 au rez-de-chaussée pour récupérer mon courrier, et bien souvent, je termine à pied jusqu'à chez moi, soit, je crois, 66 marches depuis le rez-de-chaussée. En revanche, le matin, j'ai tendance à allez directement de mon étage jusqu'à ma voiture par l'ascenseur. Or, il me faut ma carte... qui ne fonctionne plus. Et c'est pénible, car je suis obligée de passer par dehors pour accéder aux niveaux inférieurs, et de ressortir une clé. Bref, c'est galère.

Aussi, vendredi de la semaine dernière, je suis allée voir le syndic, pas loin de chez moi, pour changer ma carte. Evidemment, c'était fermé. Ils ont ce que j'appelle des horaires de fonctionnaires... Un truc du genre 9h-12h30 et 13h30-17h. Comment je fais pour aller les voir, dans ces conditions, moi ? Mercredi dernier, j'ai donc décidé de décaler un peu ma pause de midi pour aller les voir. J'y vais vers 13h40, c'est ouvert. La dame me demande le nom de mon propriétaire. Ah ! Je n'en sais rien. Je passe uniquement par une agence immobilière et n'ai aucun contact avec mon proprio. Elle essaie d'appeler l'agence... qui n'ouvre qu'à 14h. Elle me dit également que la nouvelle carte ne peut être achetée que par chèque... et mon chéquier est chez moi. Bon, ok, j'ai compris. Je retourne chez moi (heureusement que ça n'est qu'à quelques minutes à pied), je prends mon chéquier, et au passage, je cherche dans mes papiers si je n'ai pas quelque part le nom de mon proprio. Gagné ! Je retourne à l'agence... Et en deux minutes c'était réglé !

Tout ça pour ça !

Mais depuis, je peux prendre l'ascenseur quand je veux ^^ !
Repost 0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 21:55
Bon, Titia est trèèèèèèèès occupée en ce moment et n'a pas trouvé le temps de vous écrire la suite de ses aventures au Parc Astérix. Alors moi, Madame 206, je viens vous faire passer un peu le temps en vous écrivant un article intitulé "Interlude"... parce qu'il s'insère entre deux articles liés au même sujet.

Donc, cet article commence maintenant !

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhh ! Aaaaaaaaaaaaaïïïïïïïïïïïïïe ! Ca piiiiiiiiiiiiiiiiiiiiique ! Ca brûûûûûûûûûûûûûûûûle ! Au secouuuuurs !
Hein ? Quoi ? Ce qui m'arrive ? Ben, je suis brûlée au 2ème degré, là, au moins !

Ici, en région parisienne, il a neigé lundi dernier. Moins qu'à Marseille, semble-t-il, mais tout de même quelques centimètres. Alors les routes ont été salées... abondamment... très abondamment. Les routes sont blanches de sel, désormais qu'elles sont sèches. C'est à se demander si on ne va pas glisser sur des plaques de sel plutôt que des plaques de verglas.

Avant que les routes ne sèchent, les routes étaient recouvertes de neige fondue boueuse salée... cette neige fondue boueuse expulsée par toutes les voitures et tous les camions qui me précèdent. Et tout a donc recouvert ma belle carrosserie rouge...

Et maintenant, les routes sont sèches. Et la fine pellicule de sel est éjectée sous forme de fine poussière blanche ... sur ma belle carrosserie rouge.

Et du coup, maintenant, je suis toute recouverte de sel, je suis toute sale ! Et ça brûle, le sel !!!

Il va falloir que Titia se décide à me nettoyer mais je pense que ça n'est pas vraiment la bonne période pour me nettoyer car il risque encore d'y avoir de la neige. Ne serait-ce que les prochaines pluies sur ces routes blanches salées, ça va encore toute me salir à nouveau.

Et vous, autres véhicules qui circulez sur des chemins enneigés, dans quel état êtes-vous ?
Repost 0