Humeur du jour

Appelez-moi "maman" ;) 



Appelez-moi "madame" ;)



J'veux du soleil !

12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 07:45
Il y a quelque temps, j'ai eu quelques soucis d'électronique avec Madame 206. Les essuies-glaces étaient restés bêtement bloqués au milieu de mon parebrise.

Vendredi dernier, en partant au bureau, je monte au volant, je mets le contact. La radio est toujours allumée. Là, je n'ai pas de son. Rien d'étonnant : le parking est en sous-sol et la réception n'est pas parfaite, loin de là. Je quitte le parking et me voilà à l'air libre. Toujours pas de son ! Je passe sur le lecteur CD. Pas de son non plus. Ni autoradio, ni CD. J'essaie de monter le volume à fond... et le rebaisse au volume normal... Mais je n'ai toujours aucun son et ça commence à me gonfler ! Bon, je n'insiste pas, je me dis que c'est encore l'électronique qui délire. Et d'ailleurs, le soir, en prenant le volant, je pouvais apprécier... l'info trafic épouvantable du vendredi soir sur RFM ^^ !

Mais je crois savoir pourquoi Madame 206 m'a fait des farces, depuis quelques semaines. Je crois qu'elle voulait que je m'occupe d'elle. Samedi matin, pourtant bien fatiguée par ma semaine, je décide de me lever suffisamment tôt pour aller chez Speedy, pour une vidange. Je décide d'aller au même centre que la dernière fois. Ca c'était mal passé mais je veux leur donner une nouvelle chance. Je ne suis pas si méchante ! Je m'y pointe aux alentours de 8h, à l'ouverture. Deux autres personnes attendent déjà, dans leur voiture. Le centre n'est pas encore ouvert. On attend... On attend. Je nettoie mon tableau de bord. Je patiente. J'écoute un peu la radio. Je descends de la voiture et vais consulter les affiches de prix sur la porte d'entrée. Je suis en train de me demander si le centre est ouvert, en ce week-end de Pâques. Mais j'ose espérer que ces... blaireaux... auraient mis un panneau à l'entrée pour l'indiquer. Nous sommes maintenant cinq à attendre comme des couillons devant la porte close. Finalement, à 8h40, exténuée, j'ai envie de leur exploser leur porte mais je préfère me barrer d'ici et aller au centre de Versailles Chantiers, où j'allais à l'époque où j'habitais encore à Versailles. Heureusement, il n'a pas trop de voitures aujourd'hui et peut prendre la mienne. Le monsieur est vraiment gentil. Il se souvient de moi et de ma vieille AX. En plus, je retrouve une carte de fidélité : la vidange est gratuite ! J'ai gagné ma journée, moi ^^ ! Je n'ai qu'à payer les pièces, en fait. Juste le filtre à huile, en fait. Je lui demande aussi de regonfler les pneus. Normalement, c'est inclus dans la prestation, mais la dernière fois, les autres blaireaux ne l'avaient pas fait... Là, le mec me dit qu'il a déjà eu des coups de fil de clients qui attendent devant le centre d'où je viens pour savoir si ça allait ouvrir ou pas. Bref...

Il est 9h quand je laisse ma voiture. Deux heures plus tard, coup de fil : ma voiture est prête. Ils ont regonflé les pneus. Et m'informent qu'il y a deux ampoules HS : une veilleuse à l'avant et une loupiotte qui éclaire la plaque d'immatriculation, à l'arrière. Je leur demande s'ils peuvent me les changer. Pas de souci !

Le temps de prendre le train jusqu'à Versailles, et je récupère ma voiture vers 11h30. Les pneus sont bien gonflés. Je leur avais demandé de jeter un coup d'oeil au pneu avant droit qui, et il me le confirme, se dégonfle plus vite que les autres. Ils s'y sont mis à deux mais n'ont rien trouvé. Ca doit vraiment être un tout petit truc. Bref, un service rapide et efficace ! Du coup, voilà, je leur fais de la pub : le Speedy à Versailles Chantiers ! Très gentil, très efficace !

Du coup, dans la foulée, je me suis dit que j'allais continuer à m'occuper de Madame 206... et je l'ai nettoyée. Ca faisait un an qu'elle n'avait pas été douchée. Elle brille maintenant de mille feux.

Après toutes ces attentions, elle va peut-être daigner fonctionner correctement, vous ne croyez pas ?
Repost 0
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 12:32
La semaine dernière, du 19 au 26 mars très précisément, je suis allée passer mes premières vacances à la neige, dans le Jura. Pourquoi le Jura ? Car j'ai eu l'opportunité de partir en tant qu'accompagnatrice scolaire lors d'une classe de neige. Des vacances à la neige gratuites, même si ce n'est pas au sommet des Alpes, je prends ! En plus, cette année a été une année à neige et je savais qu'il y avait encore de quoi skier. Et aux alentours du 19 mars, le soleil brillait fort et haut dans le ciel. Cette semaine s'annonçait géniale !

Jeudi matin, 6h30, nous sommes devant l'école primaire avec laquelle je pars. Le départ est prévu à 7h. Finalement, le temps de ranger toutes les valises dans la remorque et d'installer les quinze gamins dans le minibus, nous partons à 7h30. Arrivée à 13h30, déjeuner, rangement des valises. Et à 15h, nous voilà sur les pistes de ski de fond ! Youhou ! Mes tous premiers skis !

Première chose à faire ! Prendre des photos. La neige est blanche. Le ciel est bleu. Il n'y a plus de neige sur les grands épicéas qui nous entourent : elle a fondue depuis ces derniers jours. En revanche, le froid a durci la neige au sol et il faut éviter les chutes si l'on ne veut pas se faire mal.  Ce temps-là durera jusqu'au lundi, jour où il a d'ailleurs fait bien chaud.


En revanche, le mardi matin, une neige épaisse et dense a commencé à tomber du ciel. Mardi, c'était la première séance de ski alpin. Une bonne poudreuse toute fraîche nous attendait. Cependant, la visibilité, au départ, n'était pas vraiment idéale. Regardez vous-même ! On ne voit vraiment pas grand chose. Heureusement, cela n'a pas duré. En tout cas, cela a permis de recouvrir les sapins d'une belle neige toute blanche. Et les voitures qui sont restées stationnées se sont vite retrouvées enneigées au bout de trois jours de neige.


J'ai donc vu, au cours de mon petit séjour à la neige, deux paysages vraiment différents. Un ciel bleu et une neige un peu dure (presque de la glace, en fait). Et un paysage tout blanc de neige poudreuse.


Je vous raconterai très certainement plus en détails cette superbe semaine. En attendant, voici un petit aperçu rapide de mes activités.

J'ai notamment visité le Fort des Rousses, une cave à fromage où sont affinés des comtés. Miam miam ^^ !

J'ai également eu l'occasion de faire du traineau à chiens. La nana avec un blouson bleu ciel et blanc, debout sur le traineau, c'est moi. Et oui, une photo de moi sur mon blog ! Incroyable, non ^^ ? Nan mais bon, c'est tout petit, on ne voit pas grand chose ^^ !


Et ensuite, j'ai profité de ma proximité avec un ami, qui habite à St Point Lac, dixième plus grand lac de France avec plus de 5km². A cette saison, il est encore gelé. C'est particulièrement joli ! Il faut dire que nous sommes tout près de Mouthe, la "petite Sibérie", la commune la plus froide de France avec des températures pouvant atteindre près des -40°C ! Incroyable, non ?


Voici donc un petit aperçu de mes premières vacances à la neige. J'essaierai de vous raconter un peu plus en détails ces quelques jours, dès que je prendrai le temps :)

Vous êtes déjà allé à la neige ?
Repost 0
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 19:18
L'autre soir, je monte au volant de Madame 206. Je mets le contact. Les essuies-glace, en mode automatique, se mettent en marche tout seul. Tout en démarrant, je tourne la manette des essuies-glace pour les arrêter. Et là, forcément, les essuies-glace s'arrêtent... au milieu du pare-brise. Génial. Je retourne la manette pour que les essuies-glaces finissent leur course. Mais rien. Ils restent immobiles ! Abrutis ! Gniiiiiiiiiiii ! Bon, pas grave. Je coupe le contact. Et je le remets... et il ne se passe rien. Ok, ok, on va faire une autre tentative. Je coupe à nouveau le contact. Cette fois, j'attends que le tableau de bord s'éteigne. En effet, il reste allumé quelques dizaines de secondes après l'arrêt du moteur. Voilà, tout est éteint. Je redémarre. Et ces stupides essuies-glaces refusent de bouger, même si je bouge la manette dans tous les sens. Même le lave-vitre ne fonctionne pas. Seul l'essuie-glace arrière veut bien bouger. Gniiiiiiiiiiiiii !

Je rentre chez moi. Il faut tout de même que mes essuies-glaces fonctionnent : ils annoncent de la pluie demain. Et conduire sous la pluie sans essuies-glace, je ne pense pas que ça soit une excellente idée.

Je me gare chez moi. Me disant qu'il y avait peut-être un timer pour la réinitialisation du boîtier électronique des essuies-glaces, je sors de la voiture. Le contact est coupé. Et en attendant plusieurs minutes, je lis le mode d'emploi pour voir s'il n'y est pas question de ce problème ou d'un autre problème similaire. Voilà, plusieurs minutes sont passées. Je remonte au volant, mets le contact. Et toujours aucun résultat avec mes essuies-glaces. Rah mais c'est pas vrai, bordel !!!

Je monte chez moi et décide de zieuter sur le net, pour voir si personne n'a eu ce genre de soucis. Je ne trouve rien de vraiment intéressant. Voyant que l'heure tournait (il était 18h30) et qu'aucune solution ne s'offrait à moi, je décidais d'aller voir un garagiste, pas loin, histoire qu'il jète un coup d'oeil pour éventuellement me dépanner pour le lendemain, jour de pluie. Ca m'énerve. Mais je n'ai pas trop le choix.

Je descends donc à la voiture. Je mets le contact... Et mes idiots d'essuies-glaces se remettent à leur place, comme des grands. A tout hasard, je teste ma manette qui répond parfaitement. Génial ! Je me suis pris la tête plus d'une demi-heure tout ça pour un boîtier électronique un peu longuet pour se ré-initialiser.

Je n'aurais qu'une chose à dire : gniiiiiiiiiiiii !
Repost 0
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 18:55

Poc

Il y a deux semaines, c'était un vendredi matin et j'étais en route pour le bureau. Depuis le matin, mon oreille droite (celle qui a eu l'otite, toujours bouchée depuis le début de l'otite) faisait des bruits étranges. A chaque fois que je déglutissais, des bruits étranges se produisaient dans mon oreille. Sentant que le "débouchage" était proche, je salivais pour réussir à déglutir souvent.

Et d'un coup, d'un seul, en pleine déglutition, un "poc" s'est fait entendre dans mon oreille... et mon auto-radio s'est soudain mis à gueuler très fort ! Ah ben oui, forcément, depuis deux semaines le volume est à 8 alors qu'il est normalement à 5... voire moins quand je ne roule pas vite. Alors, j'ai décidé de parler un peu, juste quelques mots, pour me rendre compte du résultat.

Youhou ! J'entends ^^ ! Alors ça n'est pas encore parfait, mais j'ai depuis arrêté de faire répéter systématiquement chaque personne qui me parlait.

Aujourd'hui, quatre semaines après mon otite, et deux semaines après ce "poc", mon audition n'est toujours pas revenue à la normale. Il reste comme un léger voile, comme lorsqu'on est enrhumé. Autant vous dire que c'est négligeable alors que j'étais complètement sourde !

Franchement, un demi-sens en moins, c'est déjà très handicapant. C'est là qu'on s'aperçoit qu'avoir tous ses cinq sens est une vraie chance.
Repost 0
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 18:49
On dit que la santé fait partie de ce qu'il y a de plus important. Et je le confirme.

Il y a grosso-modo deux semaines, j'ai attrapé un rhume. Rien de très grave. Le nez un peu bouché. Pas très en forme. Un rhume assez classique, quoi. Durant ce rhume, je suis allée me faire faire un rappel de vaccin DT Polio. Seule contre-indication pour ce vaccin : la fièvre. Comme je ne pensais pas en avoir, tout allait bien et j'ai donc fait ce vaccin. Et là, je pense que mon corps n'a pas dû réagir vraiment comme il se doit. Mon petit rhume s'est transformé en grosse crève. Le mardi, lendemain du vaccin, mon état a commencé à empirer. Mal à la tête, nez qui commençait à couler. Le mercredi, je me mouchais une fois toutes les cinq à dix minutes. Autant vous dire qu'il était difficile de travailler dans ces conditions, mais j'ai fait mon maximum. Quant au jeudi, je ressemblais à un zombie. Le problème, quand on est enrhumé, c'est qu'on a beaucoup de mal à respirer, et notamment la nuit... Les nuits sont tout sauf reposantes, et le rhume fatigue d'autant plus. Bref, un véritable zombie.

J'ai donc eu la bonne idée de prendre une journée de repos le vendredi. Levée à 11h. Deux heures de sieste dans l'après-midi. Couchée à 21h ! Elle est belle la jeunesse, moi j'vous l'dis ! Non, mais plus sérieusement, j'étais simplement cassée, défaite, épuisée, éreintée. Je pense avoir peut-être aussi un peu trop tiré sur la corde au bureau, et mon corps réagit à sa façon pour me le faire comprendre.

Le samedi, j'allais déjà beaucoup mieux, mais j'ai continué à beaucoup me reposer.

Dimanche. 4h du matin. Une douleur insupportable à l'oreille droite. Et j'ai beau changer de position, rien n'y fait. Je finis par me lever mais la douleur est lancinante et ne veut pas me quitter. Je pleure de douleur. Et, très honnêtement, je ne me souviens pas de la dernière fois où j'ai pleuré ainsi de douleur, à gros sanglots. Imaginez qu'on vous rentre un coton-tige dans l'oreille et qu'on pousse, qu'on pousse, qu'on pousse. Ca fait super mal, on est d'accord. Imaginez que ça dure pendant 4h sans aucune interruption, et que chaque battement de votre coeur (qui n'est d'ailleurs pas du tout à son rythme de croisière mais qui tente de battre son record de vitesse) semble amplifier la douleur. Bref, j'ai mal !
soi
Levée, je prends un efferalgant. Et doucement, ça semble passer. Je me réjouis, même si une petite douleur est toujours là. Finalement, dans la soirée, vers 16h, la douleur est revenue. Il m'a donc fallu appeler le médecin de garde, puisque nous étions dimanche. Petite auscultation rapide. Prise de tension. 13'7. La vache, c'est bien ! Je suis plutôt à 13'9, d'habitude ! Petite prise de pouls. Un bon gros 100. Mmmmmm.... C'est moins bien pour quelqu'un au repos. Et alors ? Le verdict ? Petite pharyngite et grosse otite. Trop cool ! Le médecin me demande alors si je fais des otites chroniques, si j'ai fait de la plongée sous-marine, ou si je suis allée en haute altitude. Car les otites, chez l'adulte, sont semble-t-il assez rares. Pour ce qui est des otites chroniques, je ne sais même pas si j'en ai eu étant bébé. Pour la plongée ou l'altitude... je ne suis pas convaincue que passer du niveau -2 d'un immeuble au niveau 3 soit réellement dangereux pour l'oreille humaine, et que la différence de pression soit significative. Il n'a donc pas su m'expliquer la raison de cette otite.

Depuis, je prends des médicaments et j'essaie de me soigner. La douleur s'est bien apaisée après la première prise des médicaments. Mais dès que j'arrêtais le paracétamol, la douleur revenait. Pas aussi forte que le dimanche, mais bien présente tout de même. Et mardi, presque plus rien. Une toute petite douleur, plutôt une gêne. Et tout ça, sans paracétamol. Je comprends enfin que mon otite est en train de guérir.

Aujourd'hui, je n'ai plus du tout mal. Mais j'ai encore la sensation d'oreille bouchée, très classique lors d'une otite, et qui met parfois un peu de temps à partir. La sensation en soi est désagréable, d'autant qu'au final, les sons résonnent dans ma tête. Mais c'est surtout le fait que j'entends super mal qui m'agace le plus, en ce moment. Je fais tout répéter plusieurs fois aux gens qui me parlent. Je n'entends rien de l'oreille droite et c'est pénible. Enfin si, depuis ce soir, j'entends les sons, comme un petit écho aigü... C'est bizarre. Mais au moins, il y a une évolution et je me dis que c'est plutôt encourageant.

Et vous, la forme ?
Repost 0